fbpx
Home blog Comment vaincre la peur de parler en public (en donnant une conférence)

Comment vaincre la peur de parler en public (en donnant une conférence)

written by Eloïse mars 4, 2019
S’improviser conférencière

Quand Lisa, la rédactrice de cet article, m’a proposé de partager son retour d’expérience en tant que conférencière, je n’ai pas hésité une seule seconde.

Pourquoi ? Car j’ai tout de suite tilté quand j’ai lu son titre. Comme tu le sais sûrement déjà, ou si tu ne le sais pas encore, je rêve un jour de donner une conférence sur scène, c’est d’ailleurs un objectif que je me suis donnée pour 2019 et que tu peux d’ailleurs retrouver dans ma bucketlist. Mais au-delà de ça, c’est bien sûr pour t’aider toi aussi à passer à l’action et être fier de toi.

C’est donc avec un immense plaisir que je te partage le retour de son expérience ci-dessous :

« Cette aventure a commencé par une courte vidéo. L’équipe de la Journée de l’Audace* avait lancé un concours de speakers. Le défi était de réaliser une vidéo de 3 minutes dans laquelle il fallait intégrer les mots : Rose, Barrière et Journée de l’Audace. Le jury choisirait ensuite les 9 vidéos qui les auront le plus touchées. Ce qu’il faut que je vous dise c’est que la JDA c’est un événement sur Toulouse que je suis depuis toujours. Chaque année j’adorais aller écouter ces conférenciers aux histoires étonnantes, aux discours sincères et passionnants, qui savaient me faire rêver et surtout me donner un bon coup de boost. Alors vous imaginez bien que lorsque j’ai vu ce challenge, qui nous offrait l’opportunité de monter sur la scène de la JDA, j’ai commencé par sauter partout puis je me suis posée, j’ai réfléchi, et j’ai attrapé mon portable pour lancer la vidéo.

J’avais décidé de parler d’une réflexion qui me trottait dans la tête à ce moment-là. Je me souviens avoir recommencé, une, deux fois, la troisième était la bonne !

(*Pour rappel : la Journée de l’Audace, aussi appelée la JDA, est un séminaire de 3 jours qui a lieu à Toulouse et qui réunit des conférenciers, débutants ou confirmés, qui partagent leurs expériences principalement autour du thème de l’audace.)

Voici la vidéo que j’ai envoyé en tant que candidature aux organisateurs :

Puis j’ai reçu la réponse et j’ai été… sélectionnée ! Alors ça y est, j’avais 2 mois pour préparer une conférence de 12 minutes, top chrono !

Je me suis mise à écrire à droite et à gauche, dès que j’avais des idées qui me traversaient l’esprit. Je commençais petit à petit à empiler des pages et des des pages remplies de pistes de réflexions et je griffonnais des phrases d’introduction, des questionnements, des citations… Rapidement, j’ai compris que je n’avais pas la bonne méthode. A force de laisser mes idées fuser, ça partait dans tous les sens et je commençais à me perdre. Ma conférence me semblait être un gros nuage flou qui bouillonnait d’informations et qui était incompréhensible pour toute autre personne que moi. J’avais envie de parler de tant de choses ! J’ai donc commencé à discipliner mes pensées en me fixant un fil rouge que je devais garder à l’œil tout le long de ma rédaction. La chance que j’ai eu, c’est d’avoir une coach à mes côtés. Elle m’a été d’une aide précieuse. Je ne sais pas à quoi aurait ressemblé ma conférence sans elle. Sûrement à un discours venant d’une passionnée mais difficilement compréhensible. Cette coach en prise de parole en public, Camille, a une qualité d’écoute incroyable. Lorsque je lui exposais une idée que je voulais partager dans ma conférence, bien que mes explications partaient dans tous les sens, elle voyait juste et réunissait en une phrase claire et concise ce que j’avais voulu exprimer. Et lorsque je m’enflammais trop, elle savait me rappeler que toutes ces idées feraient l’objet d’une nouvelle conférence et que je ne pouvais pas tout mettre dans celle-ci.

Nous avons travaillé ensemble sur Skype durant plusieurs séances. Au fur et à mesure de nos appels, entrecroisés par des soirées entières à écrire, la conférence se dessinait tout doucement, elle prenait forme… Cette aventure, je l’ai vécu en lien avec les autres speakers, d’une énergie et d’une motivation extraordinaire ! Chacun de nous était bien différent, mais une chose nous réunissait : cette niaque de tout donner à cette soirée du Before de la Journée de l’Audace. Les deux mois de préparation sont passés très vite, mais ils n’étaient pas moins intenses pour autant. Je préparais cette conférence en rentrant le soir entre deux devoirs, après le sport, en prenant parfois seulement 20 minutes par-ci par-là. Alors que je voyais mes amis qui commençaient à préparer le bac, que les professeurs ne parlaient plus que de ça, moi, j’écrivais mon message. Une fois le texte terminé, le travail d’élocution et de mémorisation pouvait commencer.

Je lisais, relisais, je m’enregistrais, me visualisais sur la scène, je ressentais mon message, j’étais heureuse d’avoir cette opportunité de le partager. Bien-sûr, j’avais cette appréhension que ce ne soit pas bien reçu. Puis la pression du bac qui approchait vite commençait à monter. Finalement, cette conférence est arrivée dans ma vie juste quand il le fallait. A quelques mois du bac, j’avais du mal à trouver la motivation pour travailler, comme beaucoup d’étudiants, je pense. Mais le jour où j’ai été choisie pour faire cette conférence, la détermination m’a tenu et ne m’a plus lâché. J’étais si excitée de devoir mener ces deux objectifs en parallèle : être prête pour cette conférence qui me tenait tant à cœur et réussir mon bac. A travers ces jours de recherche et d’écriture, j’ai exploré de nouvelles parties de moi que je ne connaissais pas. Il y a eu des peurs qui ont refait surface et des doutes que je ne connaissais pas encore. Je me suis demandée si j’étais légitime de vivre tout cela. Le syndrome de l’imposteur m’a fait me sentir trop jeune, puis pas assez expérimentée. Je me suis rendue compte de la détermination et de la persévérance dont je pouvais faire preuve. J’ai appris que d’avoir beaucoup d’informations en même temps dans mon esprit pouvait devenir une force à condition que j’y soit attentive et que j’ordonne tout ça.

Et puis ça y est, c’était à moi de jouer. C’était mon moment, c’était mes quelques minutes pour transmettre mon message.

Finalement, c’était beaucoup plus flippant que ce que je pensais ! Comme je suis plutôt à l’aise à l’oral, j’étais assez confiante à l’idée de monter sur scène, même devant 200 personnes. Mais ce n’était pas du tout comme je l’avais imaginé. Une fois que je me suis retrouvée face à tous ces regards posés sur moi et dans ce silence qui n’attendait que mon départ, je vous assure que ce n’était pas confortable. La technique à ce moment-là, c’était de repérer dans la salle cette personne avec un grand sourire qui te donne le courage et la confiance de continuer. Mais j’étais impressionnée. Devant moi se trouvaient des personnes prêtes à m’écouter. Elles n’allaient pas me couper la parole et je n’avais pas à hausser ma voix pour me faire entendre. Il ne me restait alors plus qu’à vivre ces 12 minutes et surtout à les faire vivre au public. Alors j’ai osé m’exprimer et une fois les premiers mots élancés, ma conférence pouvait commencer.

J’ai adoré vivre cette expérience ! Bien que ce fut une toute petite conférence sans grands enjeux, cela m’a beaucoup apporté et je suis reconnaissante de l’avoir vécu.

En racontant plus longuement les étapes qui m’ont menées jusqu’à cette conférence, je prends conscience du chemin. Alors qu’avec le recul j’avais l’impression que tout cela s’était déroulé à la vitesse d’un éclair, en déroulant le film je me souviens que chaque moment fut important.

Je vous dévoile tout ce que cette expérience de conférencière m’a appris dans un article sur mon blog. »

Sans trop te spoiler, la conférence parle de l’importance d’apprendre à se connaître et d’aller découvrir qui nous sommes réellement, « Nous sommes bien plus que ce que nous pensons », c’est le titre que Lisa a choisi pour illustrer celle-ci. Tu peux d’ailleurs également retrouver la vidéo de son passage sur scène dans son article 😉

© Sylvain Munsch

© Sylvain Munsch

© Sylvain Munsch

Lisa (étudiante et blogueuse)
Site internet / Instagram / Facebook


Je remercie encore Lisa de m’avoir envoyé ce superbe article !

Pour lire la suite de son parcours et la retranscription de son aventure sur scène, ça se passe ici -> feelyougood.com
Tu peux retrouver son profil sur la page officielle de la Journée de l’Audace.

J’espère que ce article t’a plu 🙂

Comme d’habitude, n’hésite pas à nous dire en commentaire ce que tu en as pensé et si toi aussi tu as déjà été sur scène pour donner une conférence.

You may also like

1 comment

Ce que l'expérience de conférencière m'a apprise - Feel You Good mars 8, 2019 - 5:26

[…] vous propose de découvrir mon expérience de conférencière sur ce blog que j’aime beaucoup, d’Eloïse. C’est un article dans lequel je vous partage un […]

Reply

Envie de laisser un commentaire ? :)