fbpx
Home blog Art Rock 2019 : Grosse folie sous la pluie

Art Rock 2019 : Grosse folie sous la pluie

written by Eloïse juin 19, 2019

Comme écrit précédemment dans cet article, j’ai pu redécouvrir Saint-Brieuc cette année en participant pour la 2ème fois consécutive au Festival Art Rock cette année.

Par quoi commencer… ?

Déjà je tiens à remercier mon équipe de choc avec qui j’ai passé d’excellents moments : Elvenn et Marlo, vous êtes des pépites <3

En plus d’être géniaux, ils sont hyper talentueux ! Comme chaque année, j’ai été accréditée en tant que MÉDIA avec mon blog, Elvenn et Marlo eux étaient accrédités en tant que photographes. Ce qui est cool c’est que du coup, on est complémentaires tous les 3, car les photos que j’utilise pour illustrer ce report proviennent d’eux.  Et en prime, on bossait chacun pour notre propre structure, moi pour mon blog, Marlo pour son association Esprit Festivalier et Elvenn pour elle-même en tant que photographe indépendante.

JOUR 1

Après avoir retrouvé le charme de la ville de Saint-Brieuc, le premier concert auquel on a assisté tous les 3 était celui de Camélia Jordana. On est arrivés un peu avant la fin, c’était juste assez pour se rendre compte que le vendredi allait définitivement être plus calme que le samedi et dimanche… On sait tous qu’en général, un artiste qui ouvre un festival ne va pas forcément avoir beaucoup de monde à son concert, sauf si vraiment, c’est un artiste en tête d’affiche. Ça ne m’a donc qu’à moitié surprise de voir qu’il n’y avait pas énormément de monde pour commencer les festivités. Et puis, il y avait cette histoire de temps aussi… Pourquoi la météo a voulu faire des siennes en nous donnant de la pluie quasiment dès notre arrivée alors que l’année dernière il faisait bien chaud ?

Dans tous les cas, ce n’est pas ça qui nous a arrêté ! Si tu es vraiment fan de musique et même si comme moi, tu te plains souvent, je te promets que tu passes quand mêmes de très bons moments, beau temps ou pas, foule ou non ! 😉

Scène B : Suzane (19h30-20h30)

Juste après Camélia Jordana qui passait sur la Grande Scène, on a commencé notre marathon d’allers-retours entre cette Grande Scène et la Scène B. Pour mon plus grand plaisir, on a pu découvrir Suzane en live sur la Scène B ! Que dire à propos de Suzane ? J’ai entendu son nom pour la première fois par le biais d’une amie vidéaste qui avait réalisé un reportage sur Faubourg 26, la maison de production qui s’occupe de Suzane. Je n’avais pas forcément eu le temps d’écouter sa musique jusqu’à il y a environ 1-2 mois où j’ai vu un de ses clips qui était recommandé sur YouTube en lien sponsorisé. D’habitude je ne clique pas dessus, mais là, j’avais envie d’en savoir plus. J’ai directement accroché : le rythme, la chorégraphie, le texte, tout était parfait ! En live, je dois te dire que c’est encore mieux, 1000x mieux. Sa présence scénique est incroyable, elle me fait un peu penser à Jain parce qu’elle gère la prod’ musicale toute seule et à Aloïse Sauvage parce qu’elle bouge beaucoup sur scène comme elle. Je préférais te mettre une vidéo d’elle en live pour que ce soit beaucoup plus parlant pour toi (cette vidéo n’est pas de moi mais elle retranscrit à la perfection Suzane sur scène).

En même temps que Suzane, sur la scène principale (Grande Scène) il y avait Fatoumata Diawara, mais je l’ai loupé car je suis restée à la Scène B pour voir Jazzy Bazz. J’avoue que j’aime bien bouger en festival donc changer de scène ça ne me dérange pas mais là, petit bémol : j’avais l’impression d’être comme au lycée et de devoir sans cesse bouger pour aller de la Grande Scène à la Scène B et vice-versa, c’était un peu fatiguant. Heureusement, qu’il n’y avait que 2 scènes.

Scène B : Jazzy Bazz (21h00-22h00)

J’ai bien aimé ce qu’il a fait, même si j’ai quand même préféré Suzane, déjà parce que j’étais tout devant lorsqu’elle s’est produite et puis j’ai trouvé que le son de Jazzy Bazz en live n’était pas forcément au rdv par rapport aux fois où je l’écoute sur Spotify. Après ce n’est sûrement qu’une question de goût, mais je pense que je préfère écouter cet artiste quand je suis toute seule et pas forcément quand il y a la foule à côté de moi (ses textes sont vraiment beaux et ses mélodies sont sublimes, surtout le morceau « Éternité » qu’il a fait en featuring avec Nekfeu).

Grande Scène : Kery James (21h30-22h30)

Elvenn et Marlo voulant prendre le plus de photos possible, ce qui explique nos nombreux allers-retours entre les 2 scènes, afin d’immortaliser les artistes durant leurs 3 premiers titres, on loupait parfois des chanteurs pour aller en voir d’autres. J’ai pu apercevoir la fin de la performance de Kery James. N’étant pas particulièrement fan de lui, il me fait en revanche penser à NTM dans le son de sa voix, chose que j’aime particulièrement. J’aime bien comparer des artistes entre eux, ça me permet de comprendre un peu plus leur univers et leurs inspirations.

   
Scène B : The YD (22h30-23h30)

Superbe découverte ! Au début je n’étais pas forcément motivée pour aller les voir, je suivais juste mes 2 acolytes et au final j’ai vraiment bien fait. Ce que je fais toujours au préalable avant chaque festival, c’est que j’essaye d’écouter tous les artistes de la programmation ainsi que tous leurs titres, quand j’ai le temps. Je dois t’avouer qu’ils ne m’avaient forcément pas sauté aux yeux au début, mais en les écoutant en live, j’ai adoré ! Encore une fois le tempo, les instru, leurs voix atypiques et leur style musical = bon cocktail gagnant pour moi.

Il y avait également  d’autres artistes présents lors de cette soirée, je n’ai pas eu le temps de tous aller les voir. En revanche, on a clôturé cette belle première journée sous la pluie avec le célèbre orchestre de Meute.

Grande Scène : Meute (01h00-02h00)

Pour reprendre mes comparaisons, Meute me fait penser à 2 autres groupes : Caravan Palace et Parov Stelar qui eux aussi reprennent des musiques en fanfare, avec pour chacun des groupes, une famille d’instruments sélectionnée bien propre à  leur univers.

Leur reprise du célèbre morceau « You & Me » de Flume que j’ai saigné durant tout mon lycée est juste géniale.


JOUR 2

Scène B : Voyou (19h30-20h30)

J’avais hâte de retrouver le sacré Voyou, découvert aux Francofolies l’an dernier, je le trouve super fun autant dans ses pas de danse que dans sa musique. Il est aussi pétillant sur scène, qu’à l’écoute. Il avait invité Yelle en plus pour l’occasion, que demander de plus ? J’ai l’impression de voyager dans un pays exotique quand j’écoute ses chansons.

Grande Scène : Charlie Winston (20h00-21h00)

Le fameux Charlie Winston, celui qui a bercé une partie de mon enfance avec son titre « Like a hobo », je n’ai pas pu assister à toute sa performance, mais j’étais si contente de le voir pour la première fois sur scène, ça m’a rappelé de bons souvenirs ! Et mon début de passion grandissante pour la musique.

Scène B : Delgrès (21h00-22h00)

Je les ai loupés à Art Rock, mais j’ai eu le bonheur de les voir sur scène à La Magnifique Society.

Grande Scène : Charlotte Gainsbourg (23h00-00h15)

Son père étant une icône, j’en attendais pas mal d’elle. Pas forcément fan de prime abord de ce style de musique, sa chanson « Deadly Valentine » a tout de même le don de m’envoûter, c’est une des raisons pour laquelle j’attendais de voir sa prestation. Un peu déçue car on n’entendait pas vraiment sa voix, qui est toute douce et si légère, recouverte par les instruments. Un peu dommage du coup, mais les musiciens étaient là pour rattraper le reste ! On n’est pas restés jusqu’à la fin car on a foncé voir mon coup de cœur de tout le festival…

Scène B : Aloïse Sauvage (00h15-01h15)

« GROS COUP DE CŒUR ! »

Je crois qu’il n’y a pas un article dans la catégorie « Musique » sur mon blog où je n’écris pas au moins une fois cette phrase. Mais laisse-moi t’expliquer pourquoi. J’ai connu Aloïse Sauvage pour la première fois à Paris avec Romane (qui fait aussi partie de l’équipe Esprit Festivalier, dont Marlo est le président), mais à ce moment-là j’étais focalisée sur Alice et Moi. Enfin, on était focalisées toutes les 2 sur Alice et Moi. En fait, je crois que je fonctionne par période. C’est-à-dire qu’à certains moments de ma vie, je découvre des artistes qui me bouleversent quasi immédiatement (Alice et Moi, Hervé, Aloïse Sauvage, Clara Luciani…) et ça devient un peu mon obsession pendant une période. Pour le cas d’Aloïse, je n’avais pas fait attention à sa performance il y a un peu plus d’un an quand je l’ai vu lors d’un tremplin, je me souviens plus exactement, je savais juste qu’en l’écoutant quotidiennement sur Spotify ces derniers mois, j’adorais ce qu’elle faisait. Mais là, grosse claque ! La prestance qu’elle a sur scène n’a aucune valeur si je ne la raconte qu’avec mes mots, voici donc un extrait vidéo :

Je savais qu’elle était acrobate car elle a fait une école de cirque (cf. le podcast de “Sois gentille, dis merci, fais un bisou”), mais je ne m’attendais pas à la voir gesticuler autant, à s’accrocher à son micro tout en s’élevant dans le ciel (je n’ai pas filmé ce passage tellement j’étais éblouie, je ne voulais pas en louper une miette). Tous ses sons sont encore une fois 10000x mieux en vrai qu’en streaming. D’ailleurs, maintenant, j’ai du mal à la réécouter en version studio… J’ai si hâte de la revoir aux Solidays !

Grande Scène : Sebastian (00h45-02h00)

Pareil que pour Delgres, j’ai eu la chance de pouvoir l’écouter à La Magnifique Society !


JOUR 3

Dimanche, le jour qui a envoyé le plus de lourd à en croire le nombre de places vendues… tout était complet depuis un moment ! En même temps avec Lomepal, Angèle, Jeanne Added, Gringe en tête d’affiche, c’était assez prévisible.

Pour raccourcir mon article, j’ai aimé :

Gringe, j’attendais pas mal la sortie de son nouvel album « Enfant lune », je n’ai pas été déçue ! Et puis l’écouter reprendre ses anciens sons avec Orelsan, ça m’a émue, j’avoue
Loud, jeune rappeur québécois, j’accroche bien avec son style. Ma musique préférée de lui c’est définitivement « Toutes les femmes savent danser »
Jeanne Added, beaucoup de puissance dans ce qu’elle dégage sur scène, artiste très complète car elle sait susciter des émotions sans forcément en faire des tonnes
Angèle, ses danseuses, son duo de musiciens super cools, son album que je connais par cœur, tout Saint-Brieuc qui chante à tue-tête chacune de ses paroles, bref, l’habituelle performance de la belge n’en finit pas d’illuminer les yeux de ses fans
Lomepal, à ce moment-là il pleuvait tellement que je n’ai pas pu faire tout le concert dehors, mais j’ai bien aimé le voir en live pour la première fois, il est vraiment à fond dans ce qu’il partage avec le public, c’était sympa

 

You may also like

Envie de laisser un commentaire ? :)